Dr Julien BRANCHE (gastro-entérologue – CHU de Lille)  

Il y a un lien entre intolérance au lactose et maladie cœliaque (MC) : la lactase, l’enzyme qui permet de digérer le lactose, est présente au niveau des villosités intestinales. Comme la MC détruit les villosités à la surface de l’intestin, il y a un déficit en lactase, donc il y a intolérance au lactose. Un régime pauvre en lactose est proposé au début du RSG, jusqu’à la régénération des villosités intestinales. On peut alors réintroduire le lactose. La consommation de lactose n’aggrave pas la MC, mais on peut aussi être intolérant au lactose (manque de lactase) sans être cœliaque.

 

Dr Nicolas MATHIEU (gastro-entérologue – CHU de Grenoble)

Le lactose (sucre du lait) est digéré grâce à une enzyme appelée ‘lactase’, produite par des cellules de l’intestin grêle au niveau des villosités. La lactase permet de couper la molécule de lactose du lait en glucose (Glu) et galactose (Gal), des sucres simples qui sont assimilés par les cellules intestinales.
La production de lactase commence pendant la gestation, est maximum à la naissance et décroît physiologiquement chez 70 % des personnes adultes ; 30 % des adultes ont donc une activité ‘lactase’ tout à fait correcte. Plus l’apport de lactase et de fibres est important, plus le transit est ralenti, permettant un contact prolongé des aliments avec la muqueuse intestinale et une meilleure digestion.